jeudi 30 novembre 2017

Direct depuis le Marché de Noël de Strasbourg pour la radio TOP MUSIC

La radio alsacienne TOP MUSIC réalise son premier direct délocalisé depuis le marché de Noël de Strasbourg ce jeudi 30 novembre. Elle accueille le chanteur AMIR.

CreaCast assure la liaison audio vers le studio avec ses codecs CREABOX.


jeudi 9 novembre 2017

Ministère de l’Économie du Luxembourg : conférence en direct ce jeudi 9 novembre

Logo Ministère Economie






Le ministère de l'Économie du Luxembourg organise ce jeudi 9 novembre 2017 une conférence en vue de présenter l'avancement des travaux entamés depuis la présentation officielle de l'étude Rifkin il y a un an.

http://www.gouvernement.lu/7524342/09-livestream-rifkin
















Captation et encodage assurés par : Freelens TV

mercredi 18 octobre 2017

Conférence régionale pour l'emploi des CDG du Grand Est pour le première fois en direct

L'Interrégion Est organise la conférence régionale pour l'emploi le mercredi 18 octobre 2017 de 9h30 à 12h30. Cette conférence est, pour le première fois, diffusée en direct sur Internet. Elle est réalisée depuis le plateau TV de Via Storia à Strasbourg. Notre service de livechat permet aux spectateurs de réagir.



http://www.creacast.com/channel/interregionest/


Plateau TV, captation et réalisation: Via Storia
Hébergement web et live streaming: CreaCast

lundi 9 octobre 2017

Conférence en direct du Hager Forum: La révolution blockchain

Le groupe Hager continue à animer son Forum en proposant une nouvelle conférence en direct ce lundi 9 octobre à partir de 13h.

















La captation et la réalisation sont assurées par Deya.
La diffusion et la publication sont assurées par CreaCast.

Suivez la conférence sur http://www.hagerforum.com

jeudi 5 octobre 2017

Diffusion de la conférence international Our Ocean 2017

Les 5 et 6 octobre 2017, CreaCast assure la diffusion en direct de la conférence international Our Ocean 2017 organisée par l'Union Européenne à Malte.


CreaCast fournit une dizaine de canaux de diffusion pour les programmes dans les différentes langues ainsi que les programmes spécifiques depuis des halls annexes (exhibit hall, press room).

Les moyens techniques sur place sont assurés par Videlio Events.

https://ourocean2017.org

lundi 18 septembre 2017

CreaCast, un opérateur à part

Questions à Gilles Misslin, PDG de CREACAST, conseiller et expert en radiodiffusion, formateur à l’Institut National de L’Audiovisuel INA.



LLPR (La Lettre Pro Radio) : CREACAST fait peu de publicité, on vous voit peu, ni sur les salons ni dans la presse. Gilles Misslin, vous avez accepté de nous parler de la société que vous dirigez, de ses services et de ses projets. Mais au fait, qui est CREACAST?

GM : Oui, c’est vrai, notre discrétion est délibérée : nous vendons du service, de l’immatériel à base d’IP et n’avons pas de produits à exposer, à part nos associés et nos partenaires ! CREACAST ce sont 7 associés, dont Philippe Klein, Éric Laeuffer, moi-même. Tous les trois avons fait nos armes chez Alcatel, à des époques différentes, et avons participé au développement de produits phares de ce constructeur. Nous avons vécu ensemble l’aventure passionnante d’Aztec Radiomedia et notamment la découverte des RFC de l’Internet Protocol (IP) dès 1995. Étienne Kordos (Kplug) nous a rejoints récemment, notamment sur la partie DAB et bases de données, après 10 ans d’amitié professionnelle. Mais nos clients nous connaissent, car nous cultivons des relations étroites avec des personnalités techniques de la radio : Pascal Hilaire (PhfCom), Bertrand Collot (PhfCom), Étienne Kordos (Kplug), Emmanuel Dairien (Solucast), Gary Hartard (Eurocom), Roberto Belloti (4Media), Dominique Wenger (Zenon Media), Younès Yamouni (Phf Maroc), Philippe Henry (Aes Broadcast). Ces acteurs sont plus visibles que nous, car ils s’occupent de matériels (émetteurs, consoles, antennes), effectuent des installations et des déploiements qui exploitent les services immatériels de CREACAST : transport IP, diffusion IP, surveillance via IP.

LLPR : Pour la majorité des acteurs, CREACAST propose les codecs “CREABOX” qui assurent le transport du signal audio entre studios et émetteurs, est-ce bien cela?

GM : La CREABOX est un objet physique (matériel) qui nous sert à proposer une panoplie de services logiques (immatériels), qui vont au-delà du transport du signal audio. Pour certains, la CreaBox sera un codec audio sur accès IP ADSL ou SDSL en mode linéaire (sans pertes), pour d’autres un codec vidéo, et/ou un dispositif de secours en cas de panne, et/ou un système de reprise tuner FM, et/ou un codeur RDS, ou un dispositif de transport du signal DAB pour alimenter plusieurs émetteurs en SFN (notre protocole YETI), ou bien encore une passerelle permettant de rendre accessibles tous les équipements IP d’un site émetteur donné. Sur le plan physique, la base matérielle de la CREABOX est banale : un coffret, une alimentation robuste, un processeur, un tuner FM/DAB, un connecteur d’alimentation, des prises XLR, un processeur, 2 connecteurs réseau RJ45. Mais derrière ces apparences physiques, CREACAST se différencie par le fait que nous habillons ce matériel de multiples fonctionnalité des “rôles” pour épouser les spécificités de chaque installation de diffusion. Même la partie RDS, la réception FM/DAB de nos systèmes, est réalisée en logiciel (software radio).

LLPR : En fait, CREACAST est opérateur de la chaîne d’émission de ses clients stations de radio?

GM : Oui, en quelque sorte. Nous agissons comme “accompagnateurs réseau” de nos partenaires et de nos clients. Grâce à nos passerelles installées sur les sites, nous apportons aux équipements distants l’accessibilité (contrôle à distance, supervision): routeurs, faisceaux hertziens, codecs, émetteurs. L’architecture réseau est codifiée dans notre système documentaire “CREASPACE” avec une organisation militaire: dossiers, bases de données sites, équipements, accès IP, plans d’adressage, tickets opérateurs sont accessibles en quelques secondes.

LLPR : Certains organismes ou radios ne jurent que par CREACAST, d’autres y voient un service coûteux et inutile. Pourquoi devient-on client de CREACAST?

GM : Les stations de radio, de télé, les organismes qui sont nos clients ont décidé “idéologiquement” d’externaliser l’exploitation quotidienne de toute ou partie de leur infrastructure IP (sites et transport), pour concentrer leur énergie à leur véritable métier d’éditeur de programmes. CREACAST apporte alors un accompagnement technique structurant à leurs responsables et à leurs prestataires installateurs. Nos clients et partenaires ont accès à notre système “d’hypervision” SUPCAST qui intègre la base des autorisations FM/DAB CSA, jusqu’à l’organisation technique et IP de chaque site de diffusion et point de présence. Les stations de radios, opérateurs ou groupes médias qui disposent d’un service technique interne, comme RTL, Lagardère, Skyrock, TDF, ont plus de difficultés à trouver un sens à travailler avec CREACAST.

LLPR : Peu à peu, CREACAST s’est imposé comme fournisseur de solutions de supervision des sites d’émission et de supervision techniques des émissions radio FM et DAB. Mais la supervision, n’est-ce pas à l’opérateur de diffusion de la proposer à ses clients?

GM : En France et en matière de diffusion radio/tv, TDF occupe une place singulière. L’opérateur a été lourdement condamné pour abuser de sa position dominante. Les stations de radio qui sont contraintes de confier leur diffusion à TDF n’accordent qu’une confiance limitée à cet opérateur hégémonique. Pour les radios dépendantes de l’opérateur TDF, pour les radios qui s’autodiffusent, CREACAST assure un service de surveillance qui est intégré à son hyperviseur SUPCAST. Beaucoup d’anomalies audio, RF, RDS, secteur passent au travers des mailles du filet des diffuseurs.
"Nous cultivons des relations étroites avec des personnalités techniques de la radio"
Un opérateur à part

LLPR : Comment agissez-vous lorsqu’une panne survient?

GM : Au-delà du système SUPCAST qui collecte des milliers d’indicateurs toutes les minutes et qui sont accessibles par nos clients, c’est l’expertise de l’équipe CREACAST qui est quotidiennement sollicitée (par nos clients et nos partenaires techniques) pour comprendre et interpréter des graphes historiques, effectuer un diagnostic précis, pour optimiser les interventions sur site. Côté support, nous sommes disponibles pour nos clients et nos partenaires en dehors des heures de bureau et le week-end : pas de hotline à la noix, mais uniquement le n° de CREACAST qui bascule automatiquement chez l’un ou l’autre en fonction de notre planning d’astreinte.

LLPR : Récemment, CREACAST s’est positionné comme diffuseur et acteur dans le domaine du DAB. Gilles Misslin, n’étiez-vous pas farouchement opposé au DAB et à la radio numérique RNT?

GM : Ce sont mes amis Philippe Levrier, ex-conseiller du CSA, et Michel Rénéric (ex-Tdf), Étienne Kordos (K-Plug, ex-CSA) qui m’ont amené sur la voie de l’action plutôt que celle de la contestation. Depuis des années, notre petit groupe d’experts constitué en association (nommée R+) étudie, explore, propose aux autorités des scénarios alternatifs dans l’espoir de donner du sens au DAB, à la RNT. À quoi bon dupliquer en DAB le modèle FM ? Il n’y a pas de sens à cela. En matière de RNT, la position des pouvoirs publics (gouvernement, CSA) est illisible depuis 15 ans : le gouvernement ne dégage pas les moyens économiques pour permettre aux radios du service public de se lancer massivement en RNT, ce qui “amorcerait la pompe” ; du coup, les grands groupes (RTL, Lagardère, NRJ) font savoir qu’ils n’iront pas seuls au casse-pipe. Au final, le CSA lance seul, de son côté, des appels à candidatures RNT locaux à destination des acteurs les plus fragiles sans effectuer d’appels nationaux : les radios locales et les radios associatives se voient contraintes de candidater, alors que les radios nationales bénéficient du privilège de pouvoir choisir le moment opportun pour se lancer. Des réseaux nationaux en mal de couverture (ex-Skyrock, Radio Classique, Nova, OUI FM) candidatent et sont sélectionnés par le CSA sur des allotissements locaux, introduisant des doublons éditoriaux insensés, au détriment d’acteurs locaux qui voient apparaître une concurrence pour un marché publicitaire RNT inexistant ou qui ne sont même pas sélectionnés. En juillet 2016, peu après le rachat des opérateurs Itas+VDL par leur concurrent TDF, CREACAST a décidé de proposer un service de diffusion RNT en Alsace. Nous sommes basés en Alsace, nous avons un accès privilégié aux points hauts et aux acteurs de notre région. Nous nous sommes formés sur les matériels, sur la couche numérique de transport et de diffusion, nous avons développé un protocole de transport du signal DAB sur IP que nous avons nommé YETI, compatible SFN en nous inspirant du protocole qui fait le succès de notre service de transport audio et vidéo sur accès IP type ADSL et SDSL.

Mais actuellement, en RNT et dans le mode “appel éditeur” proposé par le CSA (par opposition au mode “distributeur” que la loi permet aussi), les 13 radios sélectionnées de chaque multiplex RNT doivent s’entendre à l’unanimité sur les conditions juridiques, techniques et économiques de leur diffusion. C’est illusoire. Pour l’heure, rentrée 2017, je trouve que les conditions ne sont pas réunies pour permettre à la profession de tirer parti d’une diffusion en RNT tant en Alsace qu’à l’échelle nationale. Le CSA devrait conduire simultanément des appels nationaux et régionaux, après avoir obtenu l’assurance que la tutelle de Radio France lui donnerait les moyens de diffuser en RNT partout en France comme cela se passe dans les pays voisins.

Mais au-delà de ces considérations, le “one to many” que propose la radiodiffusion depuis un siècle entre en désuétude. L’ambiance “one to one” dopée par l’internet mobile gagne du terrain.
Le mot “radio” risque de s’éteindre en même temps que la génération vieillissante de ceux qui font et écoutent la radio FM d’aujourd’hui… Il n’y pas de quoi paniquer, mais de la matière à réfléchir à l’évolution de nos avenirs éditoriaux et techniques.


CONTACT
Creacast
Opérateur de diffusion et de transport multimédia
14 rue du Canal
67201 Eckbolsheim
M. Misslin Gilles
☏ +33 1 45 333 000
info@creacast.com
www.creacast.com
@creacast.media

STRASBOURG
BADEN-BADEN
MILAN

jeudi 6 juillet 2017

CreaCast retransmet en direct la compétition de parapente Chabre Open



CreaCast retransmet en direct live la compétition de parapente Chabre Open qui se déroule du 1er au 7 juillet 2017 et qui rassemble 130 pilotes de 14 nationalités différentes. Cette compétition se déroule sur le site d'envol de Laragne Chabre dans le département des Hautes Alpes.

En collaboration avec les clubs et associations locales, CreaCast a déployé deux webcams sur le site d'envol au sommet du massif, un accès IP par faisceau hertzien, et une alimentation solaire. Les images et les vidéos collectées sont diffusées en live sur internet ici : http://www.creacast.com/channel/chabre/.

La vidéo ci-dessus contient une scène rarissime qui a été filmée par une des webcams installée sur l'aire d'envol : un dust devil ou tourbillon de poussière balaye la zone de décollage, alors que des parapentistes se préparent à décoller les uns après les autres. La scène se déroule à l'heure où l'activité solaire est au maximum. L'un d'entre eux, prêt à décoller, se fait arracher du sol contre son gré et arrive grâce à sa maîtrise et son sang froid, à se sortir d'affaire en se posant une minute après (8:43) sous les applaudissements de ses camarades.

samedi 28 janvier 2017

CreaCast opte pour les émetteurs Plisch pour diffuser la RNT en Alsace

Pour opérer sa diffusion de la RNT en DAB+ en Alsace, CreaCast a opté pour le fabricant allemand d'émetteurs Plisch Gmbh. La proximité géographique de nos deux entreprises, toutes deux à taille humaine, a motivé notre choix. Plisch s'impose aussi par des tarifs plus intéressants que ceux que nous ont proposé leurs deux confrères à dimension mondiale.

Avec l'aide des ingénieurs de Plisch et dans une atmosphère transfrontalière amicale, CreaCast a validé - au fil des mois passés - le fonctionnement des émetteurs DAB+, et notamment de leur compatibilité avec le protocole de transport DAB+ "YETI" développé par CreaCast.

YETI permet le transport d'un flux DAB+ généré par un multiplexeur DAB+ vers un ou plusieurs (SFN) émetteurs DAB+, en utilisant internet de simples accès internet DSL.

Au fil des années, CreaCast s'est imposé comme référence en matière de transport de flux live (audio, vidéo, radio) sur IP et notamment via Internet. En proposant à présent un service de distribution et de transport du signal DAB+, notamment en SFN (multiples émetteurs DAB+ synchronisés), CreaCast contribue à fait chuter les coûts des solutions de diffusion DAB+.

De manière plus générale, en matière de DAB+, CreaCast propose à ses clients radio, auto-diffuseurs, sociétés de multiplex, opérateurs de diffusion les services suivants :

  • encodage source du programme en vue de sa diffusion DAB+
  • collecte des programmes et données radio, multiplexage DAB+
  • planification de la diffusion, cartes de couvertures, planification SFN
  • appui technique pour les négociations techniques avec le CSA
  • transport du flux multiplexé DAB+ vers 1 ou N émetteurs
  • gestion technique distante des émetteurs (Plisch), y compris en SFN
  • supervision de la chaîne de diffusion DAB+ et de la diffusion 
  • vérification de la couverture avec des mesures fixes et en mobilité


Contactez CreaCast
Gilles Misslin / Philippe Klein / Etienne Kordos
info@creacast.com
+33 1 45 333 000


Contactez Plisch Gmbh (présent au salon de la radio les 29/30 et 31 janvier 2017) :
Clément LEPEDEM
lepedem@plisch.de
+49 170-9105308




mercredi 7 décembre 2016

La TÉVÉ des ETS 2016


Les 7 et 8 décembre 2016, CreaCast assure la diffusion en direct de la TÉVÉ des ETS, le rendez-vous des managers territoriaux, depuis le Palais des Congrès de Strasbourg. Nous reprenons le signal de la régie finale de Via Storia qui assure également la gestion du plateau d'interview. Une équipe Vidélio assurant pour sa part la régie de la salle des plénières.

http://www.inet-ets.net/la-teve-des-ets/

dimanche 4 décembre 2016

DAB+ en Alsace : les récepteurs sont là, mais est-ce suffisant ?

A l'heure où le CSA annonce la liste des stations de radio DAB+ qui sont sélectionnées pour diffuser en DAB+ en Alsace courant 2017, voici un cliché de l'offre en récepteurs DAB disponible en Allemagne, à 10/20 minutes de Strasbourg / Colmar / Mulhouse. Pas moins de 28 modèles de postes et autoradios (voir photos avec étiquettes de prix, plus bas).

La position frontalière de l'Alsace et la disponibilité des récepteurs va-t-elle aider la Radio Numérique Terrestre (RNT) à décoller ? Rien n'est moins sûr...

Radio numérique en France : un positionnement à contre temps
En 1996 le premier émetteur DAB avait été inauguré à Strasbourg (Port du Rhin) alors qu'aucun poste n'existait sur le marché. En 2008, les grands groupes radiophoniques français s'étaient entendus avec le CSA et les pouvoirs publics pour émettre en radio numérique avec une norme de diffusion de télévision T-DMB (arrêté du 3 janvier 2008), alors que la majorité des pays Européens allumaient leurs diffusion radio numérique en DAB+. L'épisode T-DMB est mort dans l'oeuf mais aura sabordé une décennie de développement DAB+ en France. Les grands groupes privés (Europe1, Rtl, Nrj),  brilleront par leur absence au lancement de la RNT en Alsace en 2017. Le service public fera une apparition à minima, à Strasbourg, pour un ou deux programmes.

Initialisation DAB+ financée par les "petits" acteurs radio
En l'absence des grandes radios nationales, l'initialisation (pédagogie, "évangélisation") du DAB+ en France est assumée par les radios locales (privées et associatives) et les radios nationales de "second plan". Ces acteurs saignent leurs budgets de diffusion hertzienne qui augmentent de +50% à 100%. Certaines d'entre elles ont déjà jeté l'éponge à Paris, Marseille et Nice. Contrairement à nos voisins, l'effort d'initialisation n'est pas récompensé : il n'y a pas de subvention, pas de prime pour les pionniers. Au contraire. La ressource radioélectrique n'a pas été distribuée en totalité par le CSA qui en garde une réserve pour accueillir les grandes radios nationales... une fois que ces grands groupes se seront décidés et une fois que les pionniers se seront épuisés à la tâche. L'histoire risque de se répéter : une majorité de radio pionnières de la FM dans les années 80 s'est faite absorbée par les groupes Europe, Rtl et Nrj dans les 90, sous l'oeil bienveillant du CSA qui n'aura plus qu'à "constater" l'épuisement des pionniers.

Pendant ce temps, la couverture mobile 4G gagne du terrain
Pendant ce temps, la couverture 4G gagne du terrain et offre une alternative de diffusion radiophonique. Le jeune auditeur ne fait plus la distinction entre les différents systèmes de diffusion, d'autant qu'il n'a peut-être même pas connu la radio en FM. Depuis les années 2000, d'énormes progrès techniques (software radio) ont été réalisés en émission et en réception FM, limitant l'intérêt technique de la diffusion de la radio numérique terrestre. Si à ce tableau, nous rajoutons les intrigues parisiennes et les tergiversations des pouvoirs publics, la Radio Numérique Terrestre risque de rater le dernier train en France...


Media*Markt